In vino musica

Programme

De l’opéra, nous connaissons les innombrables philtres et potions miraculeuses que s’arrachent, au fil des actes, les âmes tourmentées qui habitent la scène. De la mélodie, nous goûtons les longs soupirs où l’âme du poète s’enivre d’amour et de nature. Des airs de taverne, nous retenons l’entrain et les accès de grivoiserie… Mais quel enchantement de constater, au coeur de ces partitions, à la faveur d’une réplique, d’un récitatif, d’une aubade, d’un chant, la louange du vin !

Aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, censure et bienséance obligent, il semblait au demeurant étrange d’exposer sur scène une telle boisson. Au-delà du fait qu’il était inconvenant d’exhiber la déchéance d’un homme sous l’empire de l’alcool, l’acte même de boire — geste des plus communs destiné à assouvir un désir purement physique — ne se pouvait décemment habiter l’art musical se prévalant d’élever les esprits. Bien que largement consommé par l’aristocratie et la bourgeoisie au quotidien, le vin pouvait ainsi apparaitre comme un élément vulgaire et, somme toute, anti-esthétique…

C’était sans compter sur l’importance de la culture antique dans l’inspiration des compositeurs : dans les récits venus d’Athènes ou de Rome, les bacchanales, bacchantes, fêtes bachiques faisaient partie intégrante du décor ! Bacchus, quant à lui, s’invitait volontiers dans le concert des partitions et s’immisçait avec malice et parfois grivoiserie dans les mélodies et airs à boire. C’était sans compter également sur l’aspiration au libertinage qui trouvait dans le vin — et dans la musique de caveau, de taverne, de théâtre ou du cour — un précieux complice. Enfin et surtout, la veine buffa de nombreuses partitions invitait naturellement à convier le vin dont les effets sur l’organisme pouvaient être prétexte à des scènes cocasses et hilarantes. En définitive, le rapprochement entre vin et musique était gage de rire et de bonne humeur. Somme toute, compositeurs et interprètes voyaient là la perspective du succès. Ainsi le vin — jeune ou vieux, délicieux ou infâme, paré de louables vertus ou symbole de dépravation — irriguerait avec passion nombre de partitions.

Nous en avons rassemblé ici un délicieux florilège.

Et autour de musiques signées Lully, Rameau, Clérembault, Bataille, Lambert, Boësset… le vin sera lui-même dégusté à l’issue du concert. Patiemment sélectionnés en échos aux notes, les crus permettront au public de prolonger le voyage musical. In vino musica !

Laurent Croizier

Distribution
Laurent Croizier, présentation
Élodie Fonnard, soprano
Cyril Costanzo, baryton

La Chapelle Harmonique (musiciens)
Valentin Tournet, direction

Dates

Lundi 6 septembre 2021
Château de Pressac, Saint-Émilion

Samedi 20 novembre 2021
Salon du Livre Gourmand, Périgueux

Samedi 22 janvier 2022, 20h30
La Source, Le Bouscat

Jeudi 9 juin 2022, 21h
Jardin du Musée d’Art et d’archéologie, Guéret